L'Enfant des Etoiles

L’antihéros : héros malgré lui?

Ou “ce héros qui n’en a pas l’air”…

Héros malgré lui ? Interview de Jean Van Hamme

Introduction

Dans l’esprit de la plupart des personnes et selon certaines idées reçues, l’antihéros est un personnage secondaire, qui ne possède pas, ou quasi pas, les caractéristiques d’un héros classique.
Cependant, certaines analyses nous montrent qu’il existe plusieurs types d’antihéros dont certains pourraient bien nous faire reconsidérer la position de quelques héros notoires…

Alors, ces héros antihéros ?  Ces antihéros héros ?
Essayons d’en savoir un peu plus !

Définition classique du antihéros

L’antihéros est le personnage central d’une œuvre de fiction, qui ne possède pas les caractéristiques du héros traditionnel.  Telle est la définition la plus connue que l’on retrouve dans la littérature et les dictionnaires…

Et pourtant…


Si on veut être logique, les « qualités » de l’antihéros devraient donc être à l’opposé des qualités du héros typique.  

Les qualités du héros typique pourraient être les suivantes : renommée, gloire, force, rage de vaincre, courage, sagesse, intelligence, grandeur, habileté exceptionnelle dans une activité noble (guerre, art, …), accomplissement d’exploits…  
A l’inverse donc, l’antihéros devrait être un personnage plutôt médiocre, qui n’a pas de noble quête, qui ne possède aucune sagesse, maladroit, qui n’effectue aucun exploit mais qui ne fait pas le mal pour 

Et pourtant…

Ce raccourci un peu facile cache en réalité des nuances bien plus complexes mettant la position de certains héros à la limite du antihéroïsme et vice-versa.  

On pourrait considérer quatre principales catégories d’antihéros :

Le personnage sans qualité particulière  

C’est quelqu’un de somme toute assez banal, qui ne possède strictement aucune qualité particulière et qui vit une vie des plus ordinaires (Gaston Lagaffe, Fantasio…)
On les retrouve surtout comme personnages principaux d’œuvres comiques de la littérature, de la bande dessinée, du cinéma, mais aussi dans certaines œuvres plus sérieuses avec quelques connotations d’humour.

Le « héros » négatif

Il est caractérisé par des valeurs antihéroïques, voire même antisociales mais ne possède aucune qualité de héros (Fantômas).
On retrouve ce type d’anti-héros surtout dans la littérature et le cinéma « noirs » centrés sur la figure du gangster. Dans le roman ou le film, les « héros », qui obéissent à des principes dépréciés ou dénigrés par la société, sont le plus souvent sans envergure et, par souci moral ou par la trajectoire de vie même de ces personnages, tendent à un destin tragique.

Le « héros » déceptif

Il possède clairement certaines qualités de héros mais soit ne les utilise pas, soit les utilise mal voire même pourrait les perdre.  Il pourrait aussi se trouver en situation où ses qualités, pourtant bien présentes, pourraient ne pas être reconnues, appréciées ou admises par l’environnement autour de lui.
Son origine est bien plus ancienne et figure dans nombre de contes populaires ; c’est dans ce cas le héros qui, par sa propre faute ou du fait des circonstances, ne parvient pas à accomplir sa quête. 

Le « héros » décalé

Lui, c’est quelqu’un d’ordinaire et sans qualité spécifique mais les évènements font qu’il se trouve plongé dans des situations extraordinaires bien souvent malgré lui.
On le retrouve dans tous les arts, mais particulièrement dans la bande dessinée, qui cumule un peu en fait les avantages du cinéma (pour la visualisation) et de la littérature (pour le récit).  

Et Thorgal ?

Ce personnage qui nous intéresse particulièrement cette année, est considéré par beaucoup effectivement comme un héros : valeureux, courageux, bon, noble dans ses sentiments, fidèle (tant qu’il est lui-même !), plein de sagesse et d’intelligence, pacifiste à la base, habile et futé, accomplissant des exploits toujours pour le bien des autres et respectant toujours le droit, il n’aspire qu’à la paix avec sa femme Aaricia et ses enfants.  Bref…  il est parfait !  C’est un héros à nos yeux…

Il est parfait s’il est pris comme personnage seul.

Mais voilà, il n’est pas seul…  dans le contexte des histoires dont il est le centre d’intérêt, il se trouve en réalité hors-normes et devient un antihéros, ou ce héros malgré lui.  Il n’en est pas pour autant un personnage secondaire, bien au contraire.  

Il fait partie de l’univers des Vikings, ces hommes grands, blonds aux yeux bleus, avides pour une partie de sang, de guerre et d’armes, de vengeance, de pillages.  Thorgal n’en a pas leur apparence avec ses cheveux noir geais, ni la mentalité telle que décrite juste ci-dessus.  Ses qualités ne sont pas compatibles avec celle d’un Viking.  Dans le monde des Vikings, Thorgal est un antihéros. 

Il est par ailleurs bien souvent catapulté dans des aventures qu’il n’a pas demandé à subir… héros malgré lui…

Il se bat pour s’en sortir et sauver ceux qu’il aime.  Il n’utilisera la force et les armes qu’en dernier recours.  

En conclusion…

Il est donc faux de croire qu’un antihéros est d’emblée et uniquement un personnage secondaire.

La limite entre « héros » et « antihéros » est tellement mince qu’il est bien difficile de classer certains personnages dont Thorgal fait partie.

Bibliographie



 



Print
445 Evaluez cet article:
5.0

Name:
Email:
Subject:
Message:
x